Pourquoi les Licornes N'ont Qu'une Seule Corne ?

Pourquoi les Licornes N'ont Qu'une Seule Corne ?

La corne unique : Quel sens ?

Prémices des croyances mythologiques

Si l'on en croit les légendes et les mythes, les licornes ont bel et bien existé et continuent peut-être encore à peupler nos terres à notre total insu. Généralement représenté par un cheval blanc (ou une jument blanche) avec une seule corne sur le front, cet animal mythologique a une histoire très particulière.

Selon de nombreuses cultures et diverses religions, on lui attribue de nombreuses significations et de nombreux mythes différents gravitent autour de cette créature incroyable. Parmi ces bagatelles d'histoires tout aussi magiques et fantaisistes les unes que les autres, l'origine des cornes de la Licorne est l'une des plus populaires, mais aussi l'une des plus intrigantes.

Aujourd'hui encore, on se demande pourquoi la licorne n'a qu'une seule corne sur le front et non deux ? Ou encore, comment cette corne est-elle apparue et à quoi sert-elle ? Certains fans de licornes du Moyen-Âge sont allés encore plus loin et ont apporté des témoignages sur les propriétés et caractéristiques peu communes de cette corne.

Pour ceux qui ne connaissent pas toute l'histoire derrière cette pièce anatomique quelque peu hors du commun, la corne située sur le front de la licorne est très spéciale et vous le découvrirez dans ce qui suit. Mais avant d'en arriver là, faisons un bond en arrière dans le temps et parlons de son origine même. En bonus, nous vous proposerons de découvrir quelques-uns des témoignages les plus populaires sur l'animal licorne.

La corne unique : Quel sens ?

Un animal légendaire et mystique

Les licornes sont peut-être les créatures les plus gracieuses de toute la fantaisie. L'élégance et la beauté de ce cheval fantastique reste inégalée dans le monde animal réel ou mythologique. Certaines de ces licornes sont de nature plus gothique, car elles ont été représentées en suivant un art et des croyances de nature beaucoup plus profane et originale. Qu'elles aient donc une crinière noire ou qu'elles traversent des terres sombres, elles revêtent et portent toujours une seule et même origine mythologique commune.

Secrets d'histoire : Les origines ethniques des histoires de licornes

La licorne, animal mythologique ressemblant donc comme nous l'avons précisé à un cheval (ou à une chèvre selon certaines croyances orientales) avec une seule corne sur le front. La créature susdite, apparaît dans les premières œuvres d'art mésopotamiennes, et elle est également évoquée dans les mythes anciens d'Inde et de Chine.

La première description dans la littérature grecque d'un animal à corne unique (du grec monokerōs, ou encore du latin unicornis) est celle de l'historien et médecin grec de Carie Ctésias (vers 400 avant J.-C.), qui raconte que l'âne sauvage indien était de la taille d'un cheval, avec un corps blanc, une tête violette et des yeux bleus, et que sur son front se trouvait une corne longue d'une coudée (50 cm environ), rouge à l'extrémité pointue, noire au milieu et blanche à la base.

Ceux qui buvaient dans sa corne étaient censés être protégés contre les problèmes d'estomac, l'épilepsie et le poison. Selon Ctésias, cet animal de légende était très agile et difficile à capturer. L'animal qui se cache derrière la description de cet historien carien est probablement en réalité, nul autre que le rhinocéros indien.

Existence et origine biblique et religieuse

Certains passages poétiques de la Bible font référence à un animal à cornes fort et splendide appelé reʾem. Ce mot a été traduit par "licorne" ou "rhinocéros" dans de nombreuses versions de la Bible, mais beaucoup de traductions modernes préfèrent "bœuf sauvage" (aurochs), qui est le sens correct du reʾem d'origine hébraïque.

En tant qu'animal biblique, la licorne a été interprétée de manière allégorique dans l'église chrétienne primitive. L'une des premières interprétations de ce type apparaît dans le bestiaire grec ancien connu sous le nom de "Physiologus", qui indique que la licorne est un animal fort et féroce qui ne peut être attrapé que si une jeune fille vierge est placée devant elle pour l'appâter grâce à sa pureté et son caractère d'immaculée.

La licorne saute sur les genoux de la vierge, qui l'allaite et la conduit au palais du roi. Les auteurs médiévaux ont ainsi assimilé la licorne au Christ, qui a élevé une corne de salut pour l'humanité et a habité dans le sein de la Vierge Marie. D'autres légendes racontent le combat des licornes contre les éléphants, dans des récits de batailles animales où elles finissent par tuer les troupes d'éléphants à l'aide de leurs cornes uniques.

D'autres légendes content la purification des eaux empoisonnées par la licorne grâce à sa corne pour que les autres animaux puissent boire l'eau contaminée par les pestes.

C'est pour ces mêmes raisons que les coupes réputées être en corne de licorne - mais qui sont en réalité en corne de rhinocéros ou en défense de narval - étaient très appréciées par les personnes importantes au Moyen Âge pour se protéger des boissons empoisonnées.

De nombreuses représentations de la chasse à la licorne subsistent dans l'art médiéval, non seulement en Europe, mais aussi dans le monde islamique et en Chine.

Inspirations animales et origines zoologiques

Les licornes des mers

Les narvals sont des baleines qui possèdent une grande défense dépassant de leur mâchoire. Cette défense est en fait une canine modifiée à la croissance démesurée.

Ces défenses sont surtout l'apanage des mâles, mais certains narvals femelles en possèdent également. Alors, à quoi servent ces cornes si menaçantes ?La réponse pourrait vous surprendre, mais les défenses contiennent des millions de terminaisons nerveuses et sont en fait des organes sensoriels complexes.

Les narvals mâles frottent leurs défenses l'une contre l'autre pour probablement communiquer des informations entre eux en ce qui concerne les eaux dans lesquelles ils nagent. Qui sait alors, peut-être que les licornes pourraient aussi utiliser leurs cornes pour communiquer.

Un outil multitâches ?

Les rhinocéros sont connus pour posséder des cornes qui dépassent de leur nez. Mais pourquoi ? Eh bien, pour diverses raisons. La taille de la corne est un indicateur de prouesse - une plus grande corne est donc le signe d'un mâle plus désirable.

Elle est également utilisée pour intimider d'autres rivaux ou même pour se défendre. Les rhinocéros aiguisent leurs cornes en les frottant contre des surfaces rugueuses (telles que des rochers ou encore de solides troncs d'arbres) et ils sont également des coureurs de pointe d'exception - un tel colosse qui charge du haut de ses deux tonnes et demie de muscles est donc un véritable cauchemar pour quiconque qui oserait s'en approcher. Leurs cornes servent également à déterrer les racines ou les petites plantes du sol afin de s'en nourrir.

De plus, les rhinocéros essaient même de creuser une réserve d'eau souterraine avec elles pour se confectionner une sorte de puits où ils pourront se désaltérer à tout moment. Les femelles utilisent également leurs cornes pour diriger et guider leur progéniture. 

Toutes ces utilités seraient-elles dont les raisons pour lesquelles les licornes portent ce même vestige anatomique ? Pour répondre rapidement à cette question, nous pouvons observer l'évolution des chevaux et des rhinocéros qui est également intéressante de ce point de vue-là.

En effet, les chevaux et les rhinocéros appartiennent tous deux à l'ordre des périssodactyles, ce qui signifie qu'ils ne sont pas si éloignés que ça l'un de l'autre finalement ! Les licornes ne seraient-elles au final que des rhinocéros plus nobles, moins brutaux et raffinés ?

 La corne de licorne comme objet cosmétique et autres usages esthétiques

La corne de licorne comme objet cosmétique et autres usages esthétiques

Usages humains à travers le temps et les cultures

 Certaines cultures utilisent les cornes des bovidés comme instruments de musique, par exemple le Chofar.

Ces cornes ont évolué vers des instruments en laiton dans lesquels, contrairement à la trompette, la largeur de la perce augmente progressivement sur la majeure partie de sa longueur, c'est-à-dire qu'elle est conique plutôt que cylindrique. Ces instruments sont appelés cornes, bien qu'ils soient maintenant fabriqués en métal.

Les cornes à boire sont aussi des cornes retirées du noyau osseux, nettoyées, polies et utilisées comme récipients à boire. (Ceci est similaire à la légende de la corne d'abondance ou encore à celle de la corne antidote de licorne). Il a été suggéré que la forme d'une corne naturelle était également le modèle du rhyton, un récipient à boire en forme de corne.


Les cornes à poudre étaient à l'origine des cornes de bovidés munies de couvercles et de courroies de transport, utilisées pour transporter la poudre à canon.  Les chausse-pieds étaient aussi à l'origine fabriqués à partir de tranches de corne, qui offraient la bonne forme incurvée et une surface lisse.

Usage décoratif et cosmétique

 Les cornes ont longtemps été considérée comme des objets capables de porter des soins à tous ceux qui en font l'usage. Par exemple, en Chine antique les cornes d'Antilope étaient utilisées en médecine traditionnelle pour servir de principe actif dans certains médicaments. 

Les cornes sont constituées de kératine et le terme "corne" est utilisé pour désigner ce matériau, qui inclut parfois la kératine de même nature provenant d'autres parties d'animaux, comme les sabots.

La corne peut être utilisée comme matériau dans les outils, les meubles et la décoration, entre autres.Les boutons en corne peuvent être fabriqués à partir de cornes et, historiquement, de sabots qui constituent un matériau similaire.

La partie non osseuse de la corne ou du sabot peut être ramollie en la chauffant à une température juste supérieure au point d'ébullition de l'eau, puis moulée dans des moules en métal, ou la partie inférieure creuse de la corne peut être fendue en spirale dans le sens de la longueur, puis aplatie dans un étau entre des planches de bois, toujours après avoir été chauffée, et ensuite découpée à l'aide d'une scie cloche ou d'un outil similaire en ébauches rondes ou de forme différente qui sont finies sur un tour ou à la main.

Les boutons à bascule sont fabriqués en coupant les pointes solides des cornes et en les perforant. Les boutons en bois de cerf et les boutons fabriqués à partir de sabots ne sont pas techniquement des boutons en corne, mais sont souvent désignés comme tels dans le langage populaire.

Les cornes de bovins, de buffles d'eau et de moutons sont toutes utilisées pour la fabrication de boutons commerciaux, et celles d'autres espèces également, sur une base locale et non commerciale.

Les étuis à aiguilles en corne et autres petites boîtes, notamment en corne de buffle d'eau, sont encore fabriqués. Les étuis à aiguilles en corne et autres petites boîtes, en particulier en corne de buffle d'eau, sont toujours fabriqués. Les casques en corne ont été présents dans différentes cultures. On pense qu'ils ont surtout été utilisés à des fins rituelles plutôt que pour le combat.

Conclusion sur la corne unique

Ce qu'on doit retenir de ces histoires

En conclusion, la corne de licorne n'est pas principalement utile à l'animal, mais plutôt aux autres animaux qui l'entourent et aux humains. Aujourd'hui, on peut encore en voir dans de nombreux musées.

Cependant, la culture populaire ne croit pas à l'origine myhtologique ou encore magique de ces cornes ! Pour l'instant, il n'existe aucune preuve permettant de vérifier qu'il s'agit bien de cornes de licorne, mais pourquoi chercher des preuves ?

Quand on est fan de licornes, on croit en leur existence et on se contente de leurs nombreux accessoires pour rester proche d'elles, pas vrai ?